Podcasts

Anneau de Jeanne d’Arc: une question de possession et de patrimoine culturel

Anneau de Jeanne d’Arc: une question de possession et de patrimoine culturel

Anneau de Jeanne d’Arc: une question de possession et de patrimoine culturel

Par K. Michelle Hearne Arthur

Le Journal des relations internationales, des études sur la paix et du développement, Vol.2: 1 (2016)

Introduction: Si le vieil adage selon lequel la possession est aux neuf dixièmes de la loi est bien correct, alors M. Philippe de Villiers, fondateur du parc à thème historique du Puy du Fou près de Nantes, a clairement gagné sa cause pour une petite bague en vermeil prise de Jeanne d'Arc par le cardinal anglais Henry Beaufort lors de son emprisonnement de 1430 à 1431. Le Cardinal était présent et instrumental dans le procès et l'exécution de la Pucelle d'Orléans en 1431, et l'anneau est resté entre des mains privées en Angleterre depuis ce temps.

Le gouvernement britannique a affirmé que l'anneau est un objet du patrimoine national anglais et est donc soumis à une licence d'exportation dans laquelle un acheteur anglais aura la possibilité de bloquer le transfert de l'anneau vers un autre pays. Une loi de 2015 stipule que tout objet d'une valeur supérieure à 150000 £ nécessite un permis d'exportation. Ce type de cas de droit lié à l'art n'est pas inhabituel; ils apparaissent assez régulièrement dans les médias. Les réparations nazies, comme le retour du portrait d'Adele Bloch Bauer par Gustav Klimt autrefois au Belvedere Art Museum de Vienne à ses propriétaires légitimes, sont les plus facilement rappelées. Cependant, ce qui rend ce cas spécial, c'est l'importance du personnage historique dont la possession de l'anneau est en cause.

Visuellement, l'objet en question est assez modeste. C'est une simple bague en vermeil (maintenant en argent) sans aucune pierre. Les seuls ornements sont des losanges et des triangles remplis de niello apparaissant comme trois croix et, sur les deux champs rectangulaires de la lunette, les abréviations «IHS» et «MAR», représentant les noms Jésus et Maria. Il y a une certaine usure sur la bague. Il réside dans un simple cercueil en bois surmonté d'une croix en bois et doublé de velours rouge qui aurait pu être fait spécifiquement pour tenir l'anneau.


Voir la vidéo: Lanneau de Jeanne dArc est de retour en France (Janvier 2022).