Podcasts

Une vision de l'enfant Jésus de 1344

Une vision de l'enfant Jésus de 1344

L'histoire racontée par Margaretha Ebner est fascinante - une expérience intime avec l'enfant Jésus. Dans ses propres mots, elle décrit des visions puissantes d'être avec l'enfant et même de l'allaiter.

Margaretha Ebner avait environ quatorze ans lorsqu'elle est entrée dans un couvent allemand. Ses premières années là-bas furent une expérience très difficile, car une maladie inconnue la ravagea et la laissa alitée pendant de longues périodes. Elle a décrit comment parfois elle pouvait à peine bouger, ou que «quand cela me prenait dans la tête, elle riait ou pleurait pendant quatre jours ou plus sans cesse».

Lentement, la santé de Margaretha est revenue et elle aurait de puissantes expériences mystiques. En 1344, elle écrivait une sorte de journal décrivant ce qu'elle voyait et ressentait. Cela comprend son récit des moments où elle a rencontré Jésus-Christ lorsqu'elle était enfant:

J'ai une image de l'Enfant, notre Seigneur dans un berceau. J'ai été si puissamment contraint par mon Seigneur avec beaucoup de douceur, de désir et de désir et aussi par sa demande, parce que cela m'a été dit par mon Seigneur: «Si vous ne me donnez pas à allaiter, alors je m'enlèverai pour le moment. tu m'aimes le plus. J'ai donc sorti l'image du berceau et l'ai posée sur ma poitrine nue avec beaucoup de désir et de douceur et j'ai ressenti alors la plus forte présence du Seigneur. Ensuite, je me suis demandé comment notre bienheureuse Dame (la Vierge Marie) pourrait endurer la présence incessante de Dieu… Mais mon désir et mon désir sont de donner à sucer, afin que par sa pure humanité je puisse être purifiée et incendiée par lui avec son amour brûlant , et sa présence et sa douce grâce se déversent à travers moi afin que je sois motivé par la vraie jouissance de son essence divine avec toutes les âmes aimantes qui ont vécu dans la vérité.

Margaretha explique également comment elle portait une image de Jésus autour de son cou et la pressait contre son corps:

J'ai un grand crucifix et j'ai été contraint par un grand amour et la présence de Dieu d'appuyer la même croix sur mon cœur et de la presser là de toutes mes forces. Du désir et de la douce grâce que j'ai à cet effet, je pourrais ne jamais la sentir et la presser encore si fortement, de sorte que des marques de mort apparaissent sur ma poitrine et mon corps. Mon Seigneur me parle souvent avec amour et douceur en disant: «Épargnez-vous et permettez-nous d'être ensemble d'une autre manière. C'est ce que je désire par véritable amour pour vous.

Margaretha a noté que ces événements étaient physiquement difficiles pour elle, la laissant souvent incapable de dormir la nuit. Elle raconte une autre histoire:

Une nuit, je dormais et Matins a été appelé, j'étais contraint par le vœu habituel de silence et j'ai pensé que je ne pouvais pas me lever. Puis mon Seigneur bien-aimé m'a dit: "Lève-toi et viens à moi dans la chorale, je veux te faire aussi bien que je l'ai fait auparavant." Puis je me suis levé avec une grande joie et j'ai dit Matines et je suis entré dans la chorale. Puis le grand désir est venu à moi pour le Bébé de notre Seigneur et j'ai pris l'image et je l'ai pressée contre ma poitrine nue de toute ma puissance et ma force. Puis j'ai senti un contact humain de sa bouche sur ma poitrine nue. Ensuite, j'ai reçu une grande terreur pieuse, de sorte que je me suis assis pendant un moment et ne pouvais rien faire. La peur m'a été enlevée avec beaucoup de joie et de miséricorde et j'ai terminé mes prières.

Au début, elle n'a pas révélé ce qui s'était passé, même à ses consœurs, mais une sœur lui a écrit à propos d'un rêve qu'elle avait fait:

«Je t'ai offert hier soir dans un rêve ton enfant et c'était un enfant vivant et tu me l'as pris avec un grand désir et tu l'as mis à ta poitrine et tu voulais le téter et cela m'a étonné, que tu étais si peu hésitant, que tu n'avais pas honte.

Après avoir lu ceci, Margaretha a répondu en révélant ses expériences, «qui m'ont tellement affectée en interne». Cela inclut cette vision d'elle regardant l'enfant Jésus dans son berceau:

Et une nuit Enfant m'a accordé que je l'ai vu jouer dans le berceau avec joie et plein de vie. Puis je lui ai parlé: «Pourquoi ne vous taisez-vous pas et ne me laissez-vous pas dormir? Je t'ai très bien endormi. Puis l'enfant a dit: "Je ne veux pas dormir, tu dois m'emmener vers toi." Et donc je l'ai pris avec envie et joie hors du berceau et je l'ai mis sur mes genoux. C'était un enfant aimant. Puis j'ai parlé: "Embrasse-moi, pour que j'oublie que tu as dérangé mon sommeil." Puis il m'a embrassé avec ses bras et m'a tenu et m'a embrassé. Alors j'ai eu un désir ardent de Lui pour la sainte circoncision, qui n'était pas pour moi venant de Lui. De cette vision j'ai reçu une grande grâce et douceur.

Vous pouvez en savoir plus sur les expériences de la religieuse dans l’article «Deux sélections de Margaretha Ebner Offenbarungen», Traduit par Rosemary Hale, que l'on peut trouver dans Vox Benedictina: les femmes et la spiritualité monastique, Volume 4 n ° 4 (1987) pages 321-337.

Image du haut: Détail d'une scène de la Nativité dans la chapelle Scrovegni de Giotto


Voir la vidéo: Institut de lEnfant-Jésus - Présentation de lécole maternelle (Décembre 2021).