Nouvelles

Oscar Pistorius devient le premier coureur amputé à participer aux Jeux olympiques

Oscar Pistorius devient le premier coureur amputé à participer aux Jeux olympiques

Le 4 août 2012 à Londres, Oscar Pistorius d'Afrique du Sud devient le premier amputé à participer aux Jeux olympiques en courant dans une manche d'ouverture du 400 mètres masculin. Pistorius a terminé deuxième sur cinq coureurs et s'est qualifié pour les demi-finales, où il a terminé huitième sur huit coureurs. Son image allait radicalement changer au début de l'année suivante lorsque l'athlète vedette a été arrêté pour le meurtre de sa petite amie. Il a été reconnu coupable en 2014.

Pistorius est né le 22 novembre 1986, sans le péroné (un os entre le mollet et la cheville) dans aucune de ses jambes. À l'âge de 11 mois, le natif de Johannesburg a été amputé des jambes sous les genoux. (Les médecins avaient conseillé à ses parents qu'il serait plus facile de procéder à la procédure avant que Pistorius n'apprenne à marcher.) En grandissant, il a utilisé des prothèses de jambes et a participé à de nombreux sports. Après s'être blessé au genou en jouant au rugby au lycée, il a commencé à courir sur piste comme forme de rééducation.

En 2004, Pistorius a participé aux Jeux paralympiques d'été à Athènes, en Grèce, où il a remporté une médaille d'or au 200 mètres, avec un temps record de 21,97 secondes. Il a également remporté le bronze au 100 mètres. Pistorius a rapidement commencé à participer à des compétitions contre des athlètes valides. Cependant, en janvier 2008, l'Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAFF), l'organisation dirigeante de l'athlétisme, lui a interdit les compétitions pour personnes valides parce qu'elle croyait que les lames de Pistorius, connues sous le nom de « Flex-Foot Cheetahs », lui donnaient un avantage injuste. . L'IAFF, qui avait mené des tests scientifiques avec Pistorius, a affirmé que ses lames lui permettaient d'utiliser moins d'énergie que les athlètes valides tout en parcourant la même distance, et donc de courir plus vite. Pistorius a fait appel de la décision de l'IAFF et, en mai 2008, la Cour d'arbitrage a annulé la décision de l'IAFF et l'interdiction a été levée.

Plus tard la même année, aux Jeux paralympiques de Pékin, en Chine, Pistorius a remporté l'or dans les épreuves de 100, 200 et 400 mètres et a établi un record du monde de 47,49 secondes au 400 mètres. Au cours des années suivantes, il a continué à rivaliser avec des athlètes valides. En 2011, il faisait partie de l'équipe sud-africaine qui a remporté une médaille d'argent au relais 4×400 mètres aux Championnats du monde d'athlétisme en Corée du Sud, et en juin 2012, il a décroché l'argent au 400 mètres individuel à l'African Athletics. Championnats au Bénin. Le mois suivant, Pistorius a été sélectionné pour concourir pour son pays natal au 400 mètres individuel et au relais 4×400 aux Jeux Olympiques de Londres.

Pistorius a commencé son apparition historique aux Jeux olympiques le 4 août 2012 en prenant la deuxième place de sa série préliminaire à cinq sur 400 mètres, avec un temps de 45,44 secondes. Lors des demi-finales du lendemain, Pistorius a terminé à la dernière place, avec un temps de 46,54 secondes, et n'a pas réussi à se qualifier pour la finale. Le 9 août, il était censé courir la troisième étape du relais 4×400, mais son coéquipier est entré en collision avec un coureur du Kenya avant qu'il ne puisse passer le relais à Pistorius, et les Sud-Africains n'ont pas terminé la course. Après avoir déposé une réclamation, l'Afrique du Sud a été autorisée à participer à la finale le lendemain; l'équipe, ancrée par Pistorius, a terminé à la huitième place. Aux Jeux paralympiques de Londres en septembre, Pistorius a remporté des médailles d'or avec des records de temps au 400 mètres et au relais 4×100, ainsi qu'une médaille d'argent au 200 mètres.

Puis, le 14 février 2013, Pistorius a été arrêté pour le meurtre de sa petite amie, Reeva Steenkamp, ​​29 ans, qu'il a admis avoir tué par balles à son domicile de Pretoria, en Afrique du Sud, plus tôt dans la journée. Pistorius a affirmé avoir pris Steenkamp, ​​mannequin et diplômé en droit, pour un intrus. Il a été inculpé de meurtre avec préméditation, pour lequel il a plaidé non coupable lorsque son affaire a été jugée en mars 2014, au milieu d'une intense couverture médiatique. En septembre, Pistorius a été reconnu coupable d'homicide coupable, l'équivalent d'un homicide involontaire, mais innocenté de l'accusation plus grave de meurtre. En octobre 2014, l'ancien olympien de 27 ans a été condamné à cinq ans de prison.


Avant Oscar Pistorius : les athlètes qui ont participé aux Jeux olympiques et paralympiques

Le Brésilien Alan Oliveira, à gauche, termine premier pour remporter la médaille d'or et battre le Sud-Africain Oscar Pistorius lors de la finale du 200 m masculin dans la catégorie T44 aux Jeux paralympiques de 2012 à Londres le 2 septembre 2012

Oscar Pistorius est entré dans l'histoire cette année en devenant le premier double amputé à participer aux Jeux olympiques. Mais alors que le Sud-Africain de 25 ans, parfois appelé Blade Runner pour les prothèses en fibre de carbone qui l'aident à courir, n'a pas réussi à atteindre la finale du 400 m masculin, les résultats n'ont finalement pas d'importance : le fait que il était là en compétition aux côtés d'athlètes avec leurs deux jambes était suffisant pour capter toute l'attention. Kirani James, le coureur de Grenade qui a remporté l'or dans l'épreuve, a déclaré aux journalistes après la course : "Je le vois juste comme un autre athlète, comme un autre compétiteur mais surtout comme un être humain, une autre personne." 8221 Ainsi, avant même de prendre sa place sur le bloc de départ du 200 m T44 masculin aux Jeux paralympiques de cette année dimanche, Pistorius était une figure transformatrice.

Ce fut de toute évidence un bouleversement étonnant: Pistorius a été battu de 0,07 seconde par un autre double amputé, le Brésilien Alan Oliveira. "Nous ne courons pas dans une course équitable ici", a déclaré Pistorius à la chaîne britannique Channel 4 après la course, se plaignant des règlements du Comité international paralympique (IPC) qui permettaient à son concurrent d'allonger artificiellement ses lames - et donc, sa foulée. "Je n'enlève rien aux performances d'Alan, mais ses genoux mesurent 4 pouces de plus qu'ils ne devraient l'être". ici. Dans sa déclaration, Pistorius a admis que "J'accepte que soulever ces préoccupations immédiatement alors que je sortais de la piste était faux. C'était le moment d'Alan, et je voudrais dire le respect que j'ai pour lui.

Alors que l'inclusion de Pistorius aux Jeux olympiques de Londres 2012 était considérée comme un moment de transformation, sa défaite au 200 m rappelle qu'il n'est pas le seul paralympien talentueux - et que d'autres pourraient éventuellement non seulement se qualifier pour les Jeux olympiques, mais un jour, gagner. Les récents développements en matière de prothèses ont ouvert la porte à la possibilité que « les athlètes paralympiques puissent un jour courir plus vite qu'Usain Bolt », a déclaré David James du Center for Sports Engineering Research de l'Université de Sheffield Hallam à l'Associated Press.

Pourtant, l'accent mis sur de tels développements néglige la ligne historiquement fluide entre les athlètes et les athlètes "handicapés" (un terme que le président de l'IPC, Philip Craven, a déclaré vouloir supprimer). Les athlètes handicapés ont participé aux Jeux olympiques depuis les premiers jours des Jeux modernes, et beaucoup ont participé aux Jeux olympiques et aux Jeux paralympiques.

Le gymnaste américain d'origine allemande George Eyser a participé aux jeux de St. Louis en 1904 avec une jambe gauche en bois, remplaçant celle qu'il a perdue après avoir été écrasé par un train alors qu'il était enfant. Il a remporté l'or dans trois épreuves, y compris au saut et au 25 pieds. montée à la corde - ainsi que deux médailles d'argent et une de bronze.

Le joueur de water-polo hongrois Oliver Halassy, ​​également amputé d'une jambe, a participé à trois Jeux olympiques de 1928 à 1936.

Même après la création des Jeux paralympiques pour les athlètes handicapés en 1948, les athlètes handicapés ont participé aux Jeux olympiques. Le nageur partiellement sourd Jeff Float a participé avec l'équipe américaine au relais 4 x 200 m aux Jeux de 1984 à Los Angeles. Alors qu'il augmentait l'avance de son équipe dans la troisième étape de la course qu'ils ont remportée, le rugissement de la foule locale était si fort qu'il a pu l'entendre pour la première fois.

Marla Runyan, qui est légalement aveugle, a dominé les épreuves d'athlétisme aux Jeux paralympiques de 1992 et 1996, remportant l'or au 100 m et au saut en longueur. Elle devient ensuite olympienne, participant au 1 500 m lors des Jeux olympiques de 2000 et 2004.

La nageuse de fond sud-africaine Natalie du Toit a perdu sa jambe dans un accident de voiture à l'âge de 17 ans et s'est classée 16e au 10 km de natation en 2008 aux Jeux olympiques de Pékin. Natalia Partyka a également participé aux Jeux olympiques et paralympiques de 2008, et le fait encore cette année. Le joueur de tennis de table polonais est né sans main droite ni avant-bras. Elle n'a pas encore remporté de médaille à l'une ou l'autre des épreuves, après avoir raté de peu les quarts de finale du simple féminin des Jeux olympiques de 2012.

Bien que seule une poignée d'athlètes effectuent cette transition, le fait qu'il existe des paralympiens capables de se qualifier et de participer aux Jeux olympiques suggère la possibilité de changements plus importants à venir. Craven, le président de l'IPC, a suggéré à la BBC en mai que les Jeux paralympiques et les Jeux olympiques pourraient un jour fusionner en un seul événement.

Quant à Pistorius, il aura d'autres chances de remporter l'or : il participera au relais 4 x 100 m, au 100 m et au 400 m plus tard cette semaine. Mais sa défaite dimanche contre Oliveira rappelle qu'il n'est pas le seul paralympien d'élite sur la piste – et qu'il en a bien d'autres sur ses talons.


Oscar Pistorius

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Oscar Pistorius, en entier Oscar Léonard Carl Pistorius, de nom Coureur de lame, (né le 22 novembre 1986 à Johannesburg, Afrique du Sud), sprinteur sud-africain d'athlétisme et amputé bilatéral sous le genou qui, aux Jeux de Londres de 2012, est devenu le premier amputé à participer à une épreuve olympique d'athlétisme. Il a également été le premier paralympien à remporter une médaille en compétition ouverte, lorsqu'il a remporté une médaille d'argent pour sa contribution à l'équipe sud-africaine de relais 4 × 400 aux championnats du monde 2011 de l'Association internationale d'athlétisme (IAAF). Ses réalisations sportives ont été éclipsées lorsqu'il a été reconnu coupable de meurtre en 2015.

Pistorius est né sans péroné dans le bas de ses jambes. Ses jambes ont été amputées sous le genou à l'âge de 11 mois, et six mois plus tard, il a appris à marcher sur des piquets en fibre de verre. Ses parents, propriétaires d'une entreprise d'extraction de zinc, l'encouragent à faire du sport. Il a joué au water-polo et au rugby à l'école secondaire jusqu'à ce qu'il se blesse au genou en 2003 en jouant au rugby. Pistorius a commencé à s'entraîner sur piste pour réhabiliter ce genou. Peu de temps après avoir obtenu ses premières prothèses en fibre de carbone - la source de son surnom de « Blade Runner » - Pistorius a remporté l'épreuve du 200 mètres aux Jeux paralympiques d'Athènes en 2004 et a remporté une médaille de bronze au 100 mètres.

Lors d'une compétition d'élite sur invitation à Rome en juillet 2007, Pistorius a d'abord concouru au niveau international contre des athlètes valides, améliorant son meilleur temps sur 400 mètres à 46,90 secondes. Ses performances impressionnantes ont attiré l'attention de l'instance dirigeante internationale de l'athlétisme, qui lui a demandé de participer à une série de tests. Les résultats ont indiqué que les jambes prothétiques de haute technologie de Pistorius conféraient un avantage injuste, lui permettant de dépenser moins d'énergie que les athlètes valides courant à la même vitesse. En 2008, le Conseil de l'IAAF l'a interdit de compétition pour les valides. Plus tard dans l'année, cependant, un comité d'appel du Tribunal arbitral du sport (TAS) a révoqué l'interdiction, bien que la question ait continué de susciter de nombreux débats. Plus tard cet été-là, Pistorius a remporté trois médailles d'or aux Jeux paralympiques de Pékin – 100 mètres, 200 mètres et 400 mètres de classe T43/T44 – et a établi un record du monde dans sa classe.

Les blessures à la tête que Pistorius a subies dans un accident de bateau en 2009 l'ont retardé tout au long de 2010, mais il a rebondi en 2011 pour remporter l'or aux 100 mètres et 400 mètres à la Coupe du monde paralympique avant de se qualifier pour les championnats du monde. Bien qu'il ne fasse pas partie de l'équipe de relais qui a participé à la finale, sa participation aux manches qualificatives du relais 4 × 400 mètres a valu à Pistorius une médaille d'argent aux championnats du monde. Il était le 22e coureur de 400 mètres le plus rapide au monde en 2011. Bien que ses temps ne l'aient pas qualifié pour l'équipe olympique sud-africaine en 2012, Pistorius a été sélectionné pour participer au 400 mètres individuel et au relais 4 × 400 mètres. Lorsqu'il a couru dans l'ancienne épreuve aux Jeux de Londres, il est devenu le premier amputé à participer à des compétitions d'athlétisme aux Jeux olympiques. Bien qu'il ait atteint les demi-finales, Pistorius n'a pas réussi à se qualifier pour la ronde des médailles. Au relais 4 × 400, son équipe a atteint la finale mais n'a pas remporté de médaille.

Le 14 février 2013, Pistorius a abattu sa petite amie à l'intérieur de sa maison, un complexe fortifié près de Pretoria. Il a affirmé qu'il l'avait prise pour un cambrioleur qui était caché dans une salle de bain fermée à clé et que la fusillade était accidentelle. Pistorius a ensuite été inculpé de meurtre et libéré sous caution. Son procès a commencé en mars 2014, et en septembre, il a été déclaré non coupable de meurtre, mais il a été reconnu coupable de l'accusation moindre d'homicide coupable. Le mois suivant, Pistorius est condamné à cinq ans de prison. En octobre 2015, cependant, il a été libéré, le reste de sa peine devant être purgé en résidence surveillée. Le 3 décembre de la même année, une cour d'appel composée de cinq juges a conclu que la juridiction inférieure n'avait pas correctement appliqué la règle de dolus eventualis- un concept juridique sud-africain qui dépend de la question de savoir si l'accusé a prévu la possibilité de la mort comme résultat potentiel de ses actions - et a déclaré Pistorius coupable de meurtre, annulant sa condamnation précédente. En juillet 2016, il a été condamné à six ans de prison, et en novembre 2017, la Cour suprême d'appel d'Afrique du Sud a augmenté la peine à 13 ans et cinq mois.


Oscar Pistorius, double amputé, rentre dans l'histoire

LONDRES – Comme un personnage dans un film de science-fiction, le Blade Runner est entré dans les livres d'histoire olympique hier.

La star sud-africaine de la piste Oscar Pistorius est devenue le premier double amputé à participer aux Jeux olympiques, lorsqu'il a couru sur ses jambes prothétiques de l'ère spatiale lors de la première manche de la course masculine de 400 mètres, se qualifiant pour la demi-finale d'aujourd'hui.

La foule de 80 000 personnes au stade olympique a rugi alors que Pistorius, 25 ans, pompait les lames en fibre de carbone qui lui servent de pieds à la deuxième place de sa série. Il a réalisé un meilleur temps de la saison en 45,44 secondes, derrière le vainqueur Luguelin Santos de la République dominicaine.

Né sans péroné, Pistorius a été amputé des jambes sous le genou avant l'âge d'un an.

« Mon objectif était d'atteindre la demi-finale, a-t-il déclaré. « Je ne pouvais pas espérer mieux. »

Pistorius a déclaré à propos de cette journée historique qu'il était "difficile de séparer l'occasion de la course".

« J’ai travaillé pendant six ans pour avoir ma chance », a-t-il déclaré.

Si Pistorius avance au-delà de la demi-finale, il courra pour l'or lundi. Il devrait également participer au relais 4x400m plus tard dans la semaine.

Le voyage de Pistorius, qui participera aux Jeux paralympiques de Londres après les Jeux olympiques, a été controversé en raison des critiques selon lesquelles ses prothèses de jambes lui donnent un avantage injuste.

Pistorius a été autorisé à participer aux Jeux olympiques après des dizaines d'auditions devant des officiels qui ont dû décider si les lames donnaient ou non à Pistorius un avantage injuste.

Certains dans le sport ne sont pas d'accord avec la décision. Parmi eux se trouve l'ancien champion olympique Michael Johnson, la personne la plus rapide à avoir couru le 400 mètres.

Johnson a déclaré qu'il ne pensait pas que Pistorius devrait être en mesure de rivaliser – malgré le fait que Johnson appelle le Sud-Africain un ami.

Mais le thème de la plupart des concurrents de Pistorius hier était fortement en sa faveur.

"Je le vois juste comme un autre athlète, un autre compétiteur", a déclaré la championne du monde Kirani James.

« Est-ce injuste ? C'est vraiment difficile pour moi de dire qu'un gars sans jambes a un avantage en athlétisme », a déclaré Demetrius Pinder.

Taberie Henry, des îles Vierges, a déclaré: "C'est un être humain ordinaire comme tout le monde, sauf qu'il n'a pas deux jambes."

Le Britannique Nigel Levine, qui affrontera également Pistorius dans le relais 4χχx100 mètres, a été le seul de ses concurrents hier à prendre le parti opposé.

"Demande lui. Je garderai mon opinion pour moi sur celui-là », a déclaré Levine laconiquement lorsqu'on lui a demandé si Pistorius avait un avantage.

"Je travaille très dur pour ce que je suis capable d'accomplir, et j'ai également été béni avec le talent", a déclaré Pistorius, quadruple médaillé d'or paralympique. « Être ici aux Jeux olympiques me rend si fier. »


Contenu

Oscar Leonard Carl Pistorius est né de Henke et Sheila Pistorius le 22 novembre 1986 à Sandton, Johannesburg, dans ce qui était alors la province du Transvaal (aujourd'hui la province du Gauteng) en Afrique du Sud. [2] Il a grandi dans un foyer chrétien [19] et a un frère aîné, Carl, et une sœur cadette, Aimée. [20] [21] Pistorius attribue sa mère, qui est morte à l'âge de 43 ans quand Pistorius avait 15 ans, comme une influence majeure dans sa vie. [22] [23] Pistorius est un Sud-Africain blanc avec l'ascendance italienne de son arrière-grand-père maternel, qui était un émigrant italien au Kenya. [24] Il est d'origine italienne avec l'afrikaans comme langue maternelle et parle aussi couramment l'anglais. [25] [26] [27]

Pistorius est né avec une hémimélie du péroné (absence congénitale du péroné) dans les deux jambes. Quand il avait onze mois, ses deux jambes ont été amputées à mi-chemin entre ses genoux et ses chevilles. [3] Il a assisté à l'école primaire de Constantia Kloof [28] et au lycée de garçons de Pretoria, [2] [29] où il a joué au rugby à XV dans la troisième équipe XV de l'école. [30] Il a joué au water-polo et au tennis au niveau provincial entre 11 et 13 ans. [30] De plus, Pistorius a participé à la lutte olympique du club, [30] [31] [32] et s'est entraîné au garage de Jannie Brooks gymnase à Pretoria. Brooks a fait remarquer qu'il a fallu six mois avant de remarquer que Pistorius "n'avait pas de jambes" mais qu'il était néanmoins capable de faire de nombreux exercices, notamment "la boxe, le saut à la corde et les pompes". [33]

Après une grave blessure au genou de rugby en juin 2003, il a été initié à la course à pied en janvier 2004 alors qu'il était en rééducation au High Performance Center de l'Université de Pretoria [34] avec l'entraîneur Ampie Louw, et « n'a jamais regardé en arrière ». [30] Ses premières lames de course ont été ajustées par le prothésiste sud-africain François van der Watt. Parce qu'il était incapable de trouver des lames de course appropriées à Pretoria, Van der Watt a ordonné que la paire soit fabriquée par un ingénieur local. Cependant, comme celles-ci se sont rapidement cassées, Van der Watt a référé Pistorius au prothésiste américain et sprinter paralympique Brian Frasure pour qu'il soit équipé de lames par la société islandaise Össur. [35] [36]

Pistorius a commencé à étudier pour un baccalauréat en commerce (B.Com.) [20] en gestion d'entreprise avec sciences du sport à l'Université de Pretoria en 2006. [30] [31] [37] Dans une interview de juin 2008 pour le site Web de son université, il a plaisanté: "Je ne serai pas diplômé de sitôt. Avec toute la formation que j'ai eue, j'ai dû réduire mes matières. J'espère que je finirai à 30 ans!" [20] Interrogé par un journaliste sur sa « devise sportive », il a déclaré : « Vous n'êtes pas handicapé par les handicaps que vous avez, vous êtes capable par les capacités que vous avez. [30]

Pistorius a participé à des épreuves T44 (amputés au-dessous du genou simples) bien qu'il soit classé en T43 (amputés au-dessous du genou doubles). [38] Parfois appelé « Blade Runner » et « l'homme le plus rapide sans jambes », [32] [39] [40] Pistorius a participé aux Jeux paralympiques d'été de 2004 à Athènes et est arrivé troisième au classement général du T44 [32 ] Épreuve du 100 mètres. [41] Malgré une chute au tour préliminaire du 200 mètres, il s'est qualifié pour la finale. [42] Il a continué à gagner la finale dans un temps record du monde de 21,97 secondes, en battant une paire de coureurs américains, Marlon Shirley et Brian Frasure, tous deux avec des amputations simples. [41]

En 2005, Pistorius a terminé sixième aux Championnats d'Afrique du Sud sans handicap sur 400 mètres avec un temps record de 47,34 secondes [32] et à la Coupe du monde paralympique de la même année, il a remporté l'or sur 100 mètres et 200 mètres. mètres, battant son précédent record du monde du 200 mètres. [43] [44] Aux Championnats du monde d'athlétisme IPC 2006, Pistorius a remporté l'or dans les épreuves de 100, 200 et 400 mètres, battant le record du monde sur 200 mètres. [45] Le 17 mars 2007, il a établi un record du monde des sports pour personnes handicapées du 400 mètres (46,56 secondes) aux championnats sud-africains d'athlétisme senior à Durban [46] et aux championnats Nedbank pour les handicapés physiques organisés à Johannesburg en avril 2007 Il est devenu le détenteur du record du monde des épreuves de 100 et 200 mètres avec des temps de 10,91 et 21,58 secondes, respectivement. [7] [47]

Pistorius a été invité par l'IAAF à participer à ce qui aurait été sa première épreuve internationale sans handicap, la course de 400 mètres au Grand Prix de l'IAAF à Helsinki, en Finlande, en juillet 2005. Il n'a cependant pas pu y assister, car des engagements scolaires. [48] ​​Le 13 juillet 2007, Pistorius a couru dans la course de 400 mètres au Gala d'Or de Rome et a terminé deuxième dans la course B avec un temps de 46,90 secondes, derrière Stefano Braciola qui a couru 46,72 secondes. [49] Il s'agissait d'un échauffement pour son apparition au 400 mètres au Grand Prix britannique de Norwich Union au Don Valley Stadium de Sheffield le 15 juillet 2007. [50] Alors que le champion olympique américain Jeremy Wariner a trébuché au début de la course et a cessé de courir, Pistorius a pris la septième place dans un groupe de huit dans des conditions humides avec un temps de 47,65 secondes. Cependant, il a ensuite été disqualifié pour avoir couru en dehors de son couloir. La course a été remportée par l'Américain Angelo Taylor avec un temps de 45,25 secondes. [51] [52] Pistorius avait des ambitions de rivaliser dans d'autres événements non-handicapés. En particulier, il avait jeté son dévolu sur la compétition aux Jeux olympiques d'été de 2008 à Pékin, en Chine, [53] mais n'a pas été sélectionné par le Comité olympique sud-africain.

Litige sur les prothèses Modifier

Pistorius a fait l'objet de critiques en raison d'affirmations selon lesquelles ses membres artificiels lui donnent un avantage sur les coureurs aux chevilles et aux pieds naturels. Il court avec des prothèses en fibre de carbone en forme de J appelées "Flex-Foot Cheetah" développées par l'ingénieur biomédical Van Phillips et fabriquées par Össur. [32]

Le 26 mars 2007, l'IAAF a modifié ses règles de compétition pour y inclure l'interdiction d'utiliser « tout dispositif technique intégrant des ressorts, des roues ou tout autre élément procurant à un utilisateur un avantage par rapport à un autre athlète n'utilisant pas un tel dispositif ». [54] L'IAAF a déclaré que l'amendement ne visait pas spécifiquement Pistorius. Pour décider s'il courait avec un avantage injuste, l'IAAF a surveillé ses performances sur piste à l'aide de caméras haute définition pour filmer sa course contre les coureurs du club italien à Rome le 13 juillet, et ses 400 mètres à Sheffield le 15 juillet 2007, [39] [55] où il s'est classé dernier. [52]

En novembre 2007, Pistorius a été invité à participer à une série de tests scientifiques à l'Université allemande des sports de Cologne sous la direction du professeur de biomécanique Dr Peter Brüggemann en collaboration avec Elio Locatelli, qui était responsable de toutes les questions techniques à l'IAAF. Après deux jours de tests, Brüggemann a rendu compte de ses conclusions au nom de l'IAAF. Le rapport a affirmé que les membres de Pistorius utilisaient 25% moins d'énergie que les coureurs avec des jambes naturelles complètes courant à la même vitesse, et qu'ils entraînaient moins de mouvements verticaux combinés à 30% moins de travail mécanique pour soulever le corps. [56] En décembre, Brüggemann a déclaré Die Welt journal que Pistorius "a des avantages considérables par rapport aux athlètes sans prothèses qui ont été testés par nous. C'était plus que quelques points de pourcentage. Je ne m'attendais pas à ce que ce soit si clair." [57] Sur la base de ces conclusions, le 14 janvier 2008, l'IAAF a statué que les prothèses de Pistorius ne pouvaient pas être utilisées dans les compétitions menées selon les règles de l'IAAF, y compris les Jeux olympiques d'été de 2008. [58] Pistorius a qualifié la décision de « prématurée et hautement subjective » et s'est engagé à continuer à se battre pour son rêve. Son manager, Peet van Zylm, a déclaré que son appel serait basé sur les conseils d'experts aux États-Unis qui avaient déclaré que le rapport "ne prenait pas suffisamment de variables en considération". [59]

Pistorius a par la suite fait appel de la décision devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) à Lausanne, en Suisse, et a comparu devant le tribunal fin avril 2008. [60] Après une audience de deux jours, le 16 mai 2008, le TAS a confirmé L'appel de Pistorius et la décision du conseil de l'IAAF ont été annulés avec effet immédiat. Le panel du CAS a déterminé à l'unanimité que Brüggemann n'a testé la biomécanique de Pistorius qu'à pleine vitesse lorsqu'il courait en ligne droite (contrairement à une vraie course de 400 mètres) que le rapport n'a pas pris en compte les inconvénients dont souffre Pistorius lors des phases de départ et d'accélération. de la course et que, dans l'ensemble, il n'y avait aucune preuve qu'il avait un avantage net sur les athlètes non handicapés. [61] En réponse à l'annonce, Pistorius a déclaré : « Mon objectif tout au long de cet appel a été de faire en sorte que les athlètes handicapés aient la possibilité de concourir et de concourir équitablement avec les athlètes non handicapés. J'ai hâte de poursuivre ma quête pour me qualifier pour les jeux olympiques." [62]

Tentatives de qualification pour les Jeux Olympiques d'été de 2008 Modifier

Pour avoir une chance de représenter l'Afrique du Sud aux Jeux Olympiques d'été de 2008 à Pékin dans la course individuelle de 400 mètres, Pistorius devait atteindre le temps standard olympique "A" de 45,55 secondes le temps de qualification "B" de 45,95 secondes, qui s'applique. si aucun autre athlète de son pays n'a réalisé le meilleur temps, n'a pas postulé. Chaque fédération nationale d'athlétisme est autorisée à inscrire trois athlètes dans une épreuve si la norme « A » est satisfaite, et un seul athlète si la norme « B » est satisfaite. [63] Cependant, il était éligible pour la sélection en tant que membre de l'équipe de relais sans se qualifier. [64] Sa meilleure chance était d'essayer pendant près de 46 secondes pour faire l'équipe de relais 4 × 400 mètres. Cependant, il a déclaré: "Si je fais partie de l'équipe, je ne veux pas être la réserve pour le relais, je veux être dans les quatre premiers. Je veux apporter quelque chose à la course et rendre le relais plus fort." Pour lui donner une chance de faire partie de l'équipe olympique sud-africaine, les sélectionneurs ont retardé la nomination de l'équipe jusqu'au 17 juillet. [65]

Le 2 juillet 2008, Pistorius a participé aux 400 mètres de la course B du Notturna International à Milan mais a été « déçu » [65] [66] lorsqu'à 47,78 secondes sa quatrième place était au-dessus du temps minimum de qualification olympique. [65] [67] Sa performance le 11 juillet 2008 au Gala d'Or de Rome était une amélioration de plus d'une seconde, bien que son sixième temps de 46,62 secondes dans la course B soit encore au-dessus du temps de qualification olympique. Néanmoins, il était satisfait de sa performance, commentant qu'il sentait qu'il pouvait l'améliorer. [68]

Le 15 juillet 2008, le secrétaire général de l'IAAF, Pierre Weiss, a déclaré que l'organisme mondial d'athlétisme préférait que le Comité olympique sud-africain ne sélectionne pas Pistorius pour son équipe de relais 4 × 400 mètres « pour des raisons de sécurité », affirmant que Pistorius pourrait causer « de graves dommages ». et risquer sa sécurité physique et celle des autres athlètes s'il courait dans le peloton principal du relais. [69] Pistorius a qualifié cela de "dernière tentative désespérée" de l'IAAF pour l'amener à ne pas se qualifier, [70] et a menacé de poursuites judiciaires si l'IAAF ne confirmait pas qu'elle n'avait aucune objection à sa participation au relais. [71] L'IAAF a répondu en publiant une déclaration disant que Pistorius était le bienvenu pour se qualifier pour les Jeux olympiques et les compétitions futures en vertu des règles de l'IAAF : « L'IAAF respecte pleinement la récente décision du TAS concernant l'éligibilité d'Oscar Pistorius à participer aux compétitions de l'IAAF, et ne souhaite certainement pas influencer le Comité olympique sud-africain, qui a toute autorité pour sélectionner une équipe masculine de relais 4 × 400 m pour les Jeux olympiques de Pékin." [72] [73]

En troisième position, avec un record personnel de 46,25 secondes, au Spitzen Leichtathletik meeting à Lucerne, en Suisse, le 16 juillet 2008, Pistorius n'a pas réussi à se qualifier pour le 400 mètres aux Jeux Olympiques d'été de 2008 par 0,70 seconde. Athlétisme Afrique du Sud a annoncé plus tard qu'il ne serait pas non plus sélectionné pour l'équipe de relais 4 × 400 mètres car quatre autres coureurs ont connu de meilleurs moments. [72] [74] Pistorius n'aurait pas été le premier amputé de jambe pour participer aux Jeux Olympiques comme George Eyser avait participé plus tôt. La compatriote de Pistorius, Natalie du Toit, une nageuse amputée de la jambe gauche au-dessus du genou à la suite d'un accident de la circulation, a été la première olympienne amputée aux Jeux olympiques d'été de 2008. [75] Interrogé sur la possibilité que l'IAAF lui offre une wild card pour participer aux Jeux olympiques, Pistorius a répondu : « Je ne crois pas que j'accepterais. Si je dois participer aux Jeux de Pékin, je devrais le faire parce que Je me suis qualifié." Il a exprimé une préférence pour se concentrer sur la qualification pour les Jeux Olympiques d'été de 2012 à Londres, [66] déclarant qu'il s'agissait d'un objectif plus réaliste car « les sprinteurs atteignent généralement leur apogée entre 26 et 29 ans. J'aurai 25 ans à Londres et je vais aussi avoir deux, trois ans de préparation." [67]

Jeux paralympiques d'été 2008 Modifier

Pistorius a participé aux Jeux paralympiques d'été de 2008 à Pékin sur 100, 200 et 400 mètres (T44). Le 9 septembre, dans les manches du 100 mètres, il a établi un record paralympique avec son temps de 11,16 secondes. [76] Plus tard, après un départ lent, il s'est rallié pour arracher l'or à Jerome Singleton des États-Unis au 100 mètres en 11,17 secondes, 0,03 secondes d'avance sur le médaillé d'argent. [77] Quatre jours plus tard, le 13 septembre, le champion paralympique en titre au sprint de 200 mètres [78] a remporté sa deuxième médaille d'or dans l'épreuve en un temps de 21,67 secondes, [79] établissant un autre record paralympique. [76] Il a accompli un tour du chapeau en remportant l'or dans les 400 mètres dans un temps record du monde de 47,49 secondes le 16 septembre, [80] l'appelant "un souvenir qui restera avec moi pour le reste de ma vie". [81]

2011 et qualification pour les Jeux Olympiques d'été de 2012 Modifier

En janvier 2011, un régleur plus mince Pistorius a remporté trois titres mondiaux d'athlétisme IPC en Nouvelle-Zélande, mais a été battu pour la première fois en sept ans au 100 mètres par Jerome Singleton. [82] Il a ensuite remporté le 400 mètres T44 en 47,28 secondes et le 100 mètres en 11,04 secondes lors de la Coupe du monde paralympique BT en mai pour se réaffirmer comme le premier sprinteur paralympique du monde. [83]

Pistorius a disputé un certain nombre de courses sans handicap à l'été 2011 et a réussi trois chronos en moins de 46 secondes, mais c'est lors de la 19e réunion de solidarité sportive de l'Internazionale di Atletica à Lignano, en Italie, le 19 juillet, qu'il a établi un record personnel. de 45,07 secondes au 400 mètres, obtenant la note de qualification standard « A » pour les Championnats du monde et les Jeux olympiques. [9] [84] [85]

Pistorius a remporté l'épreuve du 400 mètres avec un temps affiché qui l'a classé 15e le plus rapide au monde. [86]

Le 8 août 2011, il a été annoncé qu'il avait été inclus dans l'équipe sud-africaine pour les championnats du monde à Daegu, en Corée du Sud, et avait été sélectionné pour le 400 mètres et l'équipe de relais 4 × 400 mètres. In the heats of the 400 metres, Pistorius ran in 45.39 seconds and qualified for the semi-final. However, in the semi-final, he ran 46.19 seconds and was eliminated. [87]

In the heats of the 4 × 400 metres relay, Pistorius ran the opening leg as South Africa advanced to the finals with a national record time of 2 minutes 59.21 seconds. However, he was not selected to run in the finals since he had the slowest split time of 46.20 seconds. This caused a controversy, as the first leg is normally Pistorius' slowest since it requires a start from blocks, and he was restricted to the first leg by Athletics South Africa "on safety grounds". He initially tweeted: "Haven't been included in final. Pretty gutted.", but later added: "Well done to the SA 4×400m team. Was really hard watching, knowing I deserved to be part of it [sic]." [88] Pistorius still won the silver medal because he ran in the heats, becoming the first amputee to win a non-disabled world track medal. [89] [90] Reflecting on his World Championship debut, Pistorius said: "I really enjoyed the whole experience. I ran my second fastest time ever in the heats and was really pleased to have reached the semi-finals. In the relay, I was unbelievably chuffed to have broken the South African record, and hopefully my name will stay on that for a long time to come." [91]

On 4 July 2012, the South African Sports Confederation and Olympic Committee (SASCOC) announced that Pistorius had been included in the Olympic team [92] for the 400-metre and the 4 × 400 metres relay races. [93] [94]

2012 Summer Olympic Games Edit

At the 2012 Summer Olympic Games on 4 August 2012, Pistorius became the debut amputee runner to compete at an Olympic Games. [95] In the 400-metre race, he took second place in the first heat of five runners, finishing with a time of 45.44 seconds (his best time that season) to advance to the semi-finals on 5 August. [96] He ran in the second semi-final, where he finished eighth and last with a time of 46.54 seconds. [97] [98]

In the first semi-final of the 4 × 400 metres relay race on 9 August, the second leg runner of the South African team, Ofentse Mogawane, fell and was injured before reaching the third leg runner, Pistorius. South Africa was passed into the final on appeal to the IAAF, due to interference by Vincent Kiilu, the Kenyan athlete who downed Mogawane. [99] [100] The South African relay team eventually finished eighth out of the field of nine in the final on 10 August. However, it established a season's best time for the team of 3 minutes 3.46 seconds, [101] with Pistorius running the final leg in 45.9 seconds. [102] Pistorius was chosen to carry the South African flag for the closing ceremony. [103]

2012 Summer Paralympics Edit

In the 200-metre competition, Pistorius established a new T43 world record of 21.30 seconds in his heat on 1 September, [8] but he was defeated in the final the next day by Alan Oliveira of Brazil. Pistorius took silver, and subsequently complained about the length of Oliveira's blades. He later apologised for the timing of his remarks, but not the content of his complaint. [106] The IPC confirmed the length of Oliveira's blades were proportional to his body, with all the finalists measured before the race. The IPC also confirmed that Pistorius had raised the issue of blade length with it six weeks prior to the race. SASCOC issued a statement welcoming Pistorius' apology for his outburst, declared their full support for him and promised to assist him in discussions with the IPC about the issue of lengthened prostheses after the conclusion of the Games. The IPC expressed willingness to engage with Pistorius about the issue. [107] Australian runner Jack Swift [108] and American runner Jerome Singleton [109] also expressed support for Pistorius's position.

Pistorius won a team gold medal on 5 September, running the anchor leg as part of the South African 4 × 100 metres relay team setting a team world record time of 41.78 seconds. [110] His Beijing Olympics 100-metre title was defended with a season's best time of 11.17 seconds but was succeeded by Great Britain's Jonnie Peacock. [111] On 8 September, the last full day of competition, Pistorius won gold in the T44 400 metres with a time of 46.68 seconds, breaking the Paralympic record. [112]

Disability sports events Edit

Time (seconds) Résultat Date Event
100 m (class T44)
10.91 [7]
(world record)
Or 4 April 2007 Nedbank Championships for the Physically Disabled
Germiston, Gauteng, South Africa
11.16 [113] Bronze 17–28 September 2004 2004 Summer Paralympics
Athens, Greece
11.17 [77] Or 9 September 2008 2008 Summer Paralympics
Beijing, People's Republic of China
11.23 [43] Or 15 May 2005 2005 Visa Paralympic World Cup
Manchester, England, United Kingdom
11.32 [114] Or 5 September 2006 2006 IPC Athletics World Championships
Assen, Netherlands
11.34 [115] Silver 26 January 2011 2011 IPC Athletics World Championships
Christchurch, New Zealand
11.42 [4] Or 6 June 2008 Sportfest
Duisburg, Germany
11.48 [116] Or 1 June 2008 Dutch Open National Championships
Emmeloord, Netherlands
11.62 [114] Or 2004 États Unis
200 m (class T44)
21.52 [117]
(21.30 in semi-final – T43 world record) [8]
Silver 2 September 2012 2012 Summer Paralympics
London, England, United Kingdom
21.58 [47]
(world record)
Or 5 April 2007 Nedbank Championships for the Physically Disabled
Germiston, Gauteng, South Africa
21.67 [79]
(Paralympic record) [76]
Or 13 September 2008 2008 Summer Paralympics
Beijing, People's Republic of China
21.77 [5] Or 15 June 2008 German Open National Championships
Berlin, Germany
21.80
(21.66 in semi-final – world record) [114]
Or 8 September 2006 2006 IPC Athletics World Championships
Assen, Netherlands
21.80 [115] Or 24 January 2011 2011 IPC Athletics World Championships
Christchurch, New Zealand
21.97 [113] Or 17–28 September 2004 2004 Summer Paralympics
Athens, Greace
22.01 [44]
(world record)
Or 15 May 2005 2005 Visa Paralympic World Cup
Manchester, England, United Kingdom
22.04 [118] Or 31 May 2008 Dutch Open National Championships
Emmeloord, Netherlands
22.71 [114] Or 2004 USA Endeavor Games

Non-disabled sports events Edit

Time (seconds) Résultat Date Event
400 m
45.07 [114]
(personal best)
First place 19 July 2011 Meeting Internazionale di Atletica Sports Solidarity
Lignano, Italy
45.44 [96]
(seasonal best)
16th in Round 1
(out of 51 athletes)
4 August 2012 2012 Summer Olympics
London, United Kingdom
45.52 [119] Silver 29 June 2012 2012 African Championships in Athletics
Porto-Novo, Benin
46.56 [120] Silver 17 March 2007 2007 Senior South African National Championships
Durban, South Africa
4 × 400 m relay
2 min 59.21 s (heats) [89] Silver 1 September 2011 2011 IAAF World Championships in Athletics
Daegu, South Korea
3 min 04.01 s [121] Silver 1 July 2012 2012 African Championships in Athletics
Porto-Novo, Benin

Other awards and accolades Edit

In 2006, Pistorius was conferred the Order of Ikhamanga in Bronze (OIB) by then President of South Africa, Thabo Mbeki, for outstanding achievement in sports. [2] [37] On 9 December 2007, Pistorius was awarded the BBC Sports Personality of the Year Helen Rollason Award, which is conferred for outstanding courage and achievement in the face of adversity. [122] This was later revoked following his conviction for murder.

In May 2008, Pistorius made the "Time 100" – Temps magazine's annual list of the world's most influential people – appearing third in the "Heroes & Pioneers" section. Erik Weihenmayer, the first blind person to climb Mount Everest, wrote in an essay that Pistorius was "on the cusp of a paradigm shift in which disability becomes ability, disadvantage becomes advantage. Yet we mustn't lose sight of what makes an athlete great. It's too easy to credit Pistorius' success to technology. Through birth or circumstance, some are given certain gifts, but it's what one does with those gifts, the hours devoted to training, the desire to be the best, that is at the true heart of a champion." [123] In 2012, he made the list again. [124]

In February 2012, Pistorius was awarded the Laureus World Sports Award for Sportsperson of the Year with a Disability for 2012. [125] On 22 August 2012, he was honoured with the unveiling of a large mural depicting his achievements in the town of Gemona, Italy. [126]

On 9 September 2012, Pistorius was shortlisted by the IPC for the Whang Youn Dai Achievement Award as a competitor "who is fair, honest and is uncompromising in his or her values and prioritises the promotion of the Paralympic Movement above personal recognition". According to director Craig Spence, he was nominated by an unnamed external organisation from South Korea. [127] The award went to two other athletes. [128]

After the 2012 Summer Paralympics, the University of Strathclyde in Glasgow announced they would confer on Pistorius, among others, an honorary doctorate. [129] In February 2015, following his conviction for culpable homicide, the University revoked the honorary degree. [130] [131]

In 2012 Pistorius had sponsorship deals worth US$2 million a year with Össur, [132] BT, Nike, Oakley and Thierry Mugler. [133] He also participated as a model in advertising campaigns. [134] [135]

Following the murder charge, sponsors were initially hesitant to abandon him, but after a week sponsors began to withdraw their support. [134] [136]

In 2008, Pistorius collaborated in the release of a music CD called Olympic Dream. Produced in Italy, it consists of disco remixes of music pieces that Pistorius finds inspirational, and two tracks written for him, "Olympic Dream" and "Run Boy Run", for which he provided voiceovers. Part of the CD's proceeds of sale went to charity. [137] Pistorius also actively supports the Mineseeker Foundation, a charity that works to raise awareness for landmine victims and has a support programme to provide prostheses for victims. [138]

Pistorius has two visible tattoos: the dates of his mother's birth and death ("LVIII V VIII – II III VI" – 8 May 1958 – 6 March 2002) are tattooed on the inside of his right arm [22] the other tattoo, which is on his back, is the Bible verse 1 Corinthians 9:26–27 which begins, "I do not run like a man running aimlessly." [139] He lived in Silverwoods Country Estate, Pretoria. [140] The house was sold in June 2014. [141] Aside from running, his interests include architecture, [142] motorbiking, and breeding race horses. [143]

Pistorius' autobiography, Dream Runner, was published in Italian in 2008 with Gianni Merlo, a journalist with La Gazzetta dello Sport. [144] An English version titled Blade Runner was released in 2009. [145] In 2010, Pistorius appeared on L'isola dei famosi, an Italian version of Celebrity Survivor. [146] On 7 January 2012, he appeared as a special guest on the Italian version of Dancing with the Stars called Ballando con le Stelle at Auditorium Rai in Rome, where he danced a tango with Annalisa Longo to ABBA's "The Winner Takes It All". [147] On 9 October 2012, Pistorius appeared on The Tonight Show with Jay Leno. [148] He was also scheduled to appear on Piers Morgan Tonight et le Larry King Now show at later dates. [149]

In February 2009, Pistorius was seriously injured when he was thrown from a boat in an accident on the Vaal River near Johannesburg. He was airlifted to Milpark Hospital, where he underwent surgery to repair broken facial bones, including his nose and jaw. [150] There were initial concerns about his fitness, but he recovered fully. However, the accident affected his training and running schedule for that year. [151]

Pistorius was scheduled as an amateur golfer in the 2012 Alfred Dunhill Links Championship held at St Andrews, Carnoustie and Kingsbarns in Scotland. Pistorius has a 21 handicap in South Africa, but played off an 18 handicap for the Championship. [152] In 2010, he played in the Laureus World Sports Awards Golf Challenge at the Abu Dhabi Golf Club in Abu Dhabi, United Arab Emirates [153] and the Help-net Fund Celebrity Charity Golf Day. [154]

Pistorius is related to the South African psychological profiler, Micki Pistorius, who is his aunt. [155]

In the early morning of Thursday, 14 February 2013, Pistorius shot and killed his girlfriend Reeva Steenkamp, at his home in Pretoria. [157] [158] [159] Pistorius acknowledged that he shot Steenkamp four times, causing her death, but claimed that he mistook her for a possible intruder. [160]

Pistorius' trial for murder began on 3 March 2014, in the Pretoria High Court. [161] [162] On 20 May 2014, the trial proceedings were adjourned until 30 June to enable Pistorius to undergo psychiatric evaluation to establish whether he could be held criminally responsible for shooting Steenkamp. Judge Thokozile Masipa agreed to a request for the evaluation by prosecutor Gerrie Nel after forensic psychiatrist Merryll Vorster testified for the defence that she had diagnosed Pistorius with generalised anxiety disorder. [163] On 30 June 2014, the trial resumed after the evaluation reports said Pistorius could be held criminally responsible. The state prosecutor was quoted as saying, "Mr. Pistorius did not suffer from a mental illness or defect that would have rendered him not criminally responsible for the offence charged". [164] The defense closed its case on 8 July and closing arguments were heard on 7 and 8 August. [165] [166]

On 12 September, Pistorius was found guilty of culpable homicide and one firearm-related charge of reckless endangerment related to discharging a firearm in a restaurant. He was found not guilty of two other firearm-related charges relating to possession of illegal ammunition and firing a firearm through the sunroof of a car. [11] [12] [13] On 21 October 2014, he received a prison sentence of a maximum of five years for culpable homicide and a concurrent three-year suspended prison sentence for the separate reckless endangerment conviction. [14] [15]

Prison term Edit

In June 2015, Pistorius was recommended for early release, as early as August. South African Commissioner of Correctional Services Zach Modise told the BBC of the decision by the case management committee at the Kgosi Mampuru II prison in Pretoria, where Pistorius was being held: "Under South African law he is eligible for release under 'correctional supervision' having served a sixth of his sentence." [167]

After Pistorius served approximately one-sixth of his prison term, his release date to house arrest was announced for 21 August 2015. This release was based on good behaviour and the fact that he was not considered a danger to the community. Pistorius was expected to remain under house arrest and correctional supervision, and was expected to perform community service as part of his continuing sentence. Regardless of his release from prison, Pistorius could not return to official athletic competition until the whole five years of his sentence was complete. [168] On 19 August 2015, his release was unexpectedly blocked by South Africa's Justice Minister Michael Masutha. According to Masutha, the parole board's decision for early release was "premature." Legal experts noted that the move could have been due to political pressure and had implications for other cases of pending early release. [169] He was released from prison on 19 October 2015. [170]

Case appeal Edit

On 4 November 2014, prosecutors applied to the sentencing judge for permission to appeal the culpable homicide verdict, stating that the five-year prison term was "shockingly light, inappropriate and would not have been imposed by any reasonable court". [171] Judge Thokozile Masipa ruled on 10 December 2014 that the prosecution could challenge her ruling of acquitting Pistorius of premeditated murder and convicting him of the lesser charge of culpable homicide however she ruled that the state could not appeal the length of the sentence. The case was then set for appeal in front of a five-person panel at the Supreme Court of Appeal. [172]

The date for prosecutors to submit court papers outlining their arguments was set for 17 August 2015, and the date for the defence team's response was set for 17 September 2015. The date for the appeal hearing was set for November 2015. [173] The prosecutors' argument rested on Judge Masipa's application of the legal principle of dolus eventualis (whether an accused did actually foresee the outcome of his actions, rather than whether he or she should have), and that the judge made an error in concluding Pistorius had not foreseen that by firing four shots through the closed door of the toilet cubicle, he would kill or injure whoever was behind the door. [174]

The appeal was heard on 3 November 2015, in the Supreme Court of Appeal, Bloemfontein. The matter was heard before five Supreme Court judges. By a unanimous decision, [175] the court overturned Pistorius' culpable homicide conviction and found him guilty of murder in the death of Reeva Steenkamp. Judge Eric Leach read the summary of judgment. The panel of five judges found for the prosecutor's argument that Pistorius must have known that someone would die if he fired through the closed door into a small toilet cubicle. In the words of Judge Leach, "Although he may have been anxious, it is inconceivable that a rational person could have believed he was entitled to fire at this person with a heavy-calibre firearm, without taking even that most elementary precaution of firing a warning shot, which the accused said he elected not to fire as he thought the ricochet might harm him." [176]

According to the judgment, the person who Pistorius thought was in the cubicle had nothing to do with the results of his actions. [16] [177] [178] The culpable homicide verdict was replaced with a murder conviction, and the case was referred back to the trial court for a sentencing hearing when it reconvened on 18 April 2016. [16] [179]

On 8 December 2015, it was announced Pistorius would continue to remain free on bail but under house arrest [180] pending his appeal to the Constitutional Court. On 3 March 2016, it was announced Pistorius had been denied his right to appeal, and would next be due in court on 13 June 2016 to begin a five-day sentencing hearing for the murder conviction, concluding on 17 June 2016. [181] [182]

On 15 June 2016, the sentencing was adjourned by Judge Thokozile Masipa until 6 July 2016. [183]

Second prison term Edit

On 6 July 2016, Judge Thokozile Masipa sentenced Pistorius to six years' imprisonment for murder, rather than his original sentencing of five years imprisonment for culpable homicide once again he was incarcerated in the hospital wing at the Kgosi Mampuru II jail. It was anticipated that Pistorius would be eligible for release on parole, after serving three years of his sentence, in 2019. [184] [185]

On 7 August 2016, Pistorius was treated at Kalafong Hospital, in Pretoria, after sustaining minor injuries to his wrists after slipping in his cell. Media reports of Pistorius injuring himself intentionally were said to be "completely untrue" by his brother Carl who said he was "doing well given the circumstances". [186]

On 21 July 2016, the National Prosecuting Authority (NPA) confirmed that they would appeal against Judge Thokozile Masipa's "shockingly lenient" 6-year jail sentence. [187] The appeal hearing took place on 26 August 2016 and the bid to appeal the sentence was rejected by Masipa who said that the NPA had "no reasonable prospect of success" of securing a longer prison sentence for Pistorius. [188] The NPA were then given 21 days to take their appeal bid to the Supreme Court of Appeal (SCA). On 15 September 2016 it was confirmed that the NPA would make a fresh bid to extend Pistorius' jail sentence and would file papers to the SCA on 16 September. [189] After this announcement, sources associated with Pistorius' family and the defence team accused Gerrie Nel and the NPA of pursuing a "personal vendetta" against Pistorius. [190]

Pistorius was briefly released from prison for four hours on 14 October 2016 through a compassionate leave license to attend the funeral service of his grandmother, who died on 8 October 2016. [191]

In November 2016, Pistorius was transferred from the Kgosi Mampuru jail to Atteridgeville Correctional Centre which is smaller and better adapted for disabled prisoners, as it has better facilities for inmates including bath tubs in cells. It also holds prisoners who are serving six-year sentences or less. [192]

Sentence appeals Edit

On 19 September 2017, it was confirmed that the SCA would hear the state's arguments appealing to extend Pistorius' sentence on 3 November 2017, [193] with their final ruling being confirmed on 24 November 2017.

On 24 November 2017, the SCA increased Pistorius' jail sentence to 13 years and five months. Prosecutors had argued that the six-year term was too short. The SCA ruled his sentence be increased to 15 years, less time already served. [194]

On 19 December 2017, it was confirmed that Pistorius had filed papers with the Constitutional Court to appeal the newly increased sentence and have his previous six-year sentence reinstated. [195] On 9 April 2018, it was confirmed that on 28 March 2018 the appeal was dismissed by the courts [196] Pistorius will not be eligible for parole until at least 2023. [197]

In 2008, comedian Katt Williams referenced Pistorius in a routine, "Poor Little Tink Tink," in his performance It's Pimpin' Pimpin'. [198]

In 2014, comedian Jim Jeffries did a comedy routine in his Netflix special titled "Bare," in which he mocked Pistorius' shooting of Reeva Steenkamp. [199]

In June 2016, investigative reporter Mark Williams-Thomas gained exclusive access to interview Pistorius for ITV. Oscar Pistorius: The Interview was broadcast on 24 June in the United Kingdom and South Africa. [200]

An unofficial biopic based on public records titled Oscar Pistorius: Blade Runner Killer, was aired on 18 November 2017 on South African TV. [201] The movie was made without the consent of either the Pistorius or Steenkamp families. [201] The Pistorius family threatened legal action against Lifetime Movies, the American television network that produced the movie. [202]

In the 2018 Family Guy episode "HTTPete," Peter Griffin is shot at through a bathroom door by Pistorius in a cutaway gag as a reference to the case.

On 1 August 2018, Amazon Prime released a four-part documentary series on its video service titled Pistorius the episodes are titled "The Dream", "Valentine's Day", "A Good Day to Tell You That I Love You" and "The Man Who Wasn't There". [203]


Pistorius initially received a light sentence for culpable homicide

A few weeks later, in the early morning hours of Valentine&aposs Day 2013, the high life for Pistorius came crashing down when he fired four gunshots at the locked bathroom door of his home in Pretoria, killing his girlfriend inside.

The highly-publicized trial began in March 2014 with a neighbor&aposs testimony of hearing Pistorius and Steenkamp screaming at each other, followed by the shots. In his defense, the Paralympian claimed he fired at the bathroom door in the belief that an intruder was lurking inside, only to belatedly realize it was his lover.

Although the once-saintly image of Pistorius had since been eclipsed by accounts of him being violent and controlling, it seemed he would be spared the worst punishment by a sympathetic court. Judge Thokozile Matilda Masipa chided him for his negligence with a firearm but ultimately found him guilty of culpable homicide – roughly equivalent to manslaughter – and sentenced him to five years behind bars in October 2014.

Even when the conviction was overturned by the Supreme Court of Appeal in December 2015 and Pistorius faced an upgraded charge of murder, Judge Masipa ignored the standard 15-year minimum and handed out a six-year sentence in July 2016.

It took the stern hand of South Africa&aposs top appeals court to once again intervene and extend Pistoruis&apos "shockingly lenient" sentence to 13 years and five months in November 2017. And when his own appeal was denied the following April, there was nowhere else to go for the man who once ignored his own severe limitations to scale such impossible heights.


Partager All sharing options for: Oscar Pistorius to make history as first amputee athlete to compete in track and field at Olympics

Oscar Pistorius is set to become the first Paralympian to compete in track and field at the Olympics after South African sports officials relaxed their strict qualification rules and named him in both the individual 400 metres and 4x400 relay. The 25-year-old double-amputee — who races competitively through the use of Ossur prosthetic carbon fiber blades — will now get the chance to realize a lifelong dream: he'll be taking part in both the Olympic Games and Paralympics in the same year. His odds of making the trek to London were cast in doubt during a race last week after he failed to obtain a qualifying time by just 0.22 seconds. Yet in a last-minute turnaround, South Africa's Olympic committee added Pistorius as the final member of the country's track and field team.

"Since he's going to be there (in London), our decision is he can run both," committee chief Tubby Reddy said of the accomplished Paraplympic champion. "There's no reason why he can't. Our decision is he can." Though he didn't get into the specifics of why Pistorius is being allowed to participate despite not meeting the traditional guidelines, committee President Gideon Sam seems utterly confident in the move. "As I have said many times before, we are not taking passengers to London," he said, emphasizing that Pistorius was chosen strictly for his athletic prowess — independent of any disability.

As you might expect, Pistorius is downright thrilled with the decision and took to Twitter to share the good news. "Today is really one of the happiest days of my life," he wrote. "Thank you to everyone that has made me the athlete I am!" Pistorius' accomplishment resulted in him becoming a worldwide trending topic during the day. And if a once-in-a-lifetime appearance at the Olympics isn't enough, it turns out writing history can also earn you some complimentary Apple hardware.

Spoilt. Just got home to find 2 Iphones, an Ipad 3 and an Apple TV in my place. Thank you very much to Apple Europe + @ChristieLinford!

— Oscar Pistorius (@OscarPistorius) July 3, 2012

Oscar Pistorius to become first amputee to compete in the Olympics

Oscar Pistorius will become the first amputee sprinter to compete in the Olympics after being selected for South Africa's 4x400 metres relay team.

Double amputee Pistorius, known as the 'Blade Runner' due to the prosthetic carbon fibre limbs he uses, narrowly missed out on a place in the individual event by just 0.22seconds last week.

But Pistorius, who will also compete at the Paralympics, was today named in a 13-strong group of athletes by the South African Sports Confederation and Olympic Committee that completes their team for London 2012.

The news is a huge boost for 25-year-old Pistorius following his disappointment in the individual competition.

He had already clocked an Olympic 'A' standard time earlier this year but was unable to reach the mark again in an international meeting, as stipulated by the national federation's qualifying rules.

Needing a time of 45.30secs in the African Championships in Benin on Friday, he managed 45.52s in his second-placed finish.

Tweeting after receiving the news today, Pistorius said: "Today is really one of the happiest days of my life! Will be in London2012 for both the Olympic and Paralympic Games!

"Thank you to everyone that has made me the athlete I am! God, family and friends, my competitors and supporters! You have all had a hand!"

Pistorius has already made history when competing at the 2011 World Athletics Championships in Daegu.

He was part of the 4x400m team there, but was left out when they won silver in the final.

Pistorius was banned from competing alongside able-bodied athletes just before the 2008 Olympics - a ruling he later had overturned.

The rest of today's inclusions - which take the final South African Olympic squad to 125 - were swimmers Troyden Prinsloo, Jessica Roux, Darren Murray and Trudi Maree, Khotso Mokoena (long jump), Anaso Jobodwana (200m), Andre Olivier (800m), Willem Coertzen (decathlon) and Lehann Fourie (110m hurdles).

Unveiling the final team members, SASCOC president Gideon Sam said: "Finally, we have a complete squad.

"It's taken four long years of work but now we can concentrate on doing our best at the Games. The preparation has been done and now it's up to our athletes to take over in London and show us what they're made of.

"As I have said many times before, we are not taking passengers to London. Everyone has met selection criteria and are genuine Olympic Games material, either now or for 2016. I wish them all the best."


JOHANNESBURG (AP) — Double-amputee runner Oscar Pistorius is going to the London Olympics after being selected for South Africa's 1,600-meter relay team.

Pistorius is set to become the first amputee track athlete to compete at the games after South Africa's Olympic committee picked him Wednesday as one of 13 athletes on the team initially selected last month.

"Today is really on of the happiest days of my life! Will be in (at)London2012 for both the Olympic and Paralympic Games!" the multiple Paralympic champion said on Twitter. "Thank you to everyone that has made me the athlete I am! God, family and friends, my competitors and supporters! You have all had a hand!"

Pistorius was selected alongside Willem de Beer, Ofentse Mogawane and Shaun de Jager for the 4x400 race.

The selection eased Pistorius' disappointment at his failure to qualify in the individual 400 meters.

The 25-year-old runs on carbon fiber blades Despite missing out in the 400 by less than a quarter of a second at his final qualifying race at the African championships last week, Pistorius will get to realize his dream of competing at Olympic and Paralympic events in the same year.

Pistorius made history last year by qualifying for the world championships at Daegu, South Korea. He won silver with South Africa in the 4x400 as the first amputee competing in the race. However, the decision to leave him out of the final race caused controversy.

He traveled from South Africa to Europe to the United States and then to Benin, in West Africa, in his quest to achieve the qualifying time. He missed out by 0.22 seconds in that final race in Benin last week, despite still winning silver in the African final.

South Africa's Sports Confederation and Olympic Committee said Pistorius was picked for the London Games because of athletic achievements, not because he is the world's most famous disabled athlete.

"As I have said many times before, we are not taking passengers to London," said SASCOC President Gideon Sam said. "Everyone has met selection criteria and are genuine Olympic Games material, either now or for 2016. I wish them all the best."

Pistorius set the leading time in South Africa this season when he ran an Olympic-qualifying 45.20 seconds in the 400 at the March meet in Pretoria, his hometown.

However, he failed to set a second time 'A' time at an international competition before Saturday to meet South Africa's strict selection criteria for the individual 400.


What happened to Oscar Pistorius after he was charged with Reeva Steenkamp's murder?

South African police charged Pistorius with premeditated murder and possession of unlicensed ammunition on August 19, 2013.

Just over a year later, the runner was found not guilty of murder, but convicted of "culpable homicide" - the equivalent to manslaughter in Britain.

In October 2014 he was jailed for five years, beginning his sentence at Pretoria's Kgosi Mampuru prison.

He was also handed a three-year suspended sentence for the firearms charge.

But furious prosecutors appealed the manslaughter verdict and demand a murder charge, which carries a minimum 15-year sentence.

He was ordered to serve the rest of his sentence under house arrest at his uncle Arnold's home in Pretoria.

Two months later the Supreme Court overturned Pistorius' manslaughter conviction, finding him guilty of murder.

He was handed six years in prison in the hospital wing of the Kgosi Mampuru II prison in Pretoria for Reeva's murder.

Then in October 2016, Pistorius was allowed to move to cushy Atteridgeville prison surrounded by acres of lush gardens and trees.

A month later, South African prosecutors launched an appeal to lengthen the former athlete's sentence, with the National Prosecuting Authority branding his six-year term "shockingly low" and "very lenient".

On November 24, 2017, the former athlete had his sentence increased to 15 years - meaning he had 13 years and five months left to serve.


JOHANNESBURG (AP) — Double amputee Oscar Pistorius is going to the London Olympics after being selected for South Africa's 4x400 relay team.

Pistorius is set to become the first amputee track athlete ever to compete at the Olympics. South Africa's Olympic committee picked him Wednesday.

The selection eased Pistorius' disappointment at his failure to qualify in the individual 400 meters. The 25-year-old South African, who runs on carbon fiber prosthetics, missed out by less than a quarter of a second in his final qualifying race at the African championships last week.

Pistorius made history last year by qualifying for the world championships and winning silver in the 4x400.


Voir la vidéo: Oscar Pistorius runs 400M London Summer Olympics 2012 (Janvier 2022).